Martinique

Sur la route de l’Anse Couleuvre

Depuis la ville de Saint-Pierre, il faut compter environ une vingtaine de minutes pour vous rendre à l’Anse Céron. La route est plutôt agréable serpentant entre la jungle et le front de mer et traversant le village de pêcheurs du Prêcheur. Après le village, vous ne trouverez plus de commerces donc prévoyez à l’avance vos réserves d’eau et de nourriture.

L’Anse Céron

Cette première plage de sable gris bordée de cocotiers est calme et charmante. Moins populaire que l’Anse Couleuvre, elle mérite tout de même le détour. Si vous avez le temps, rendez-vous à l’Habitation Céron, une ancienne sucrerie avec un merveilleux jardin tropical. Vous y trouverez également un restaurant (bon à savoir car il n’y a rien pour se restaurer à l’Anse Couleuvre).
Autre bon point, la plage est aménagée avec des toilettes et des douches.
L’Ilet de la Perle est un spot privilégié pour la plongée. Remontant de -30 mètres, il est possible d’y apercevoir des saumons Caraïbes, barracudas ou encore des tortues.

Il faudra alors emprunter une route escarpée pour rejoindre l’Anse Couleuvre. Elle est nichée de nids-de-poule et je vous conseille de klaxonner à chaque virage pour signaler votre présence. La route est assez étroite et manoeuvrer reste compliqué. Vous arriverez alors au bout de la route, sur le parking. Essayez d’arriver assez tôt (avant 8 heures) si vous ne voulez pas vous garer trop loin, le parking est vite complet.

La cascade Couleuvre

Si comme nous, vous n’emprunter pas le sentier de la Trace du Nord, je vous conseille de découvrir la jungle en allant jusqu’à la cascade Couleuvre. La randonnée n’a rien de difficile et n’est pas longue (3,2 kilomètres aller-retour) et vous permettra de vous enfoncer dans la forêt mésophile. Vous découvrirez une flore exotique remarquable notamment des cacaoyers, bananiers, zamanas ou encore fromagers.

La randonnée est connue pour abriter des matoutous falaises, une espèce endémique de mygale protégée au niveau national. D’apparence bleue et velue, elle est inoffensive pour l’homme. Malheureusement, malgré nos recherches poussées nous n’avons pas eu la chance d’en croiser. Je suppose que nous n’avons pas su chercher aux bons endroits.

Le clou du spectacle est une jolie cascade de 20 mètres de hauteur. Elle est parfaite pour se rafraîchir. Si l’envie vous en dit, faîtes comme les locaux et enduisez-vous d’argile puis rincez-vous sous la cascade.

Reprenez le sentier dans le sens inverse. Vous arriverez alors quasiment au niveau du parking. Prenez alors sur votre droite en direction de l’Anse Couleuvre.

L’Anse Couleuvre

En descendant vers la mer, vous découvrez les ruines de l’Habitation de l’Anse Couleuvre. Ensuite, vous tomberez sur une merveilleuse plage de sable volcanique et bordée de falaises et d’une végétation luxuriante. Nous sommes en semaine et il n’est que 10 heures, par conséquent, il n’y a pas beaucoup de monde et nous pouvons donc bien profiter de l’endroit. Il est également recommandé de continuer le chemin pour découvrir l’Anse Lévrier et l’Anse à Voile (environ 1 kilomètre), apparemment encore plus belles et où l’on trouve le sable le plus noir de Martinique.

Il s’agit de la plus jolie plage du Nord. Après la randonnée, l’envie de se jeter dans l’eau pour se rafraîchir est trop forte. Attention aux rouleaux mais ce n’est rien comparé à l’Anse Caffard du Diamant. Par ailleurs, nous sommes tombés sur le cadavre (impressionnant) d’un serpent de mer. Moins dangereux, il est possible d’apercevoir des petites mangoustes dans les feuillages.

Après avoir lézardé sur la plage, nous devons reprendre la route direction le sud. Il est compliqué de quitter ce petit paradis qui restera l’un de mes endroits préférés de l’île.

Martinique

La presqu’île de la Caravelle

Pour notre premier jour en Martinique, nous avons décidé de nous attaquer à la randonnée la plus difficile prévue pendant notre séjour : le grand sentier dans la réserve naturelle de la Caravelle. Nous allions le regretter assez rapidement même si cette randonnée fut l’une des plus belles sur l’île.

La presqu’île est longue d’une dizaine de kilomètres. Elle est composée du village de pêcheurs de Tartane et à son extrémité de la réserve naturelle de la Caravelle. Cette réserve a été créée en 1976 et elle protège 422 hectares de flore dont 150 espèces végétales endémiques aux Antilles.
La réserve est un endroit incontournable de la Martinique car l’on y retrouve des paysages que vous allez découvrir pendant votre séjour à savoir des savanes herbeuses, forêts sèches, mangroves ou encore des falaises abruptes.

Deux sentiers de randonnées s’offrent à vous. Le petit sentier au balisage jaune et blanc est long de 2,5 kilomètres et vous permet de découvrir la mangrove et la Baie du trésor.
Pour les plus expérimentés, le grand sentier au balisage bleu et blanc est long de 9,8 kilomètres mais d’après nos téléphones et montres connectées, nous avons fait 12 kilomètres… Vous pourrez alors observer successivement le phare, la station météo, l’anse Chandelier, l’anse Bois-Vert, l’anse Bénitier, la pointe Caracoli et la Baie du trésor. Il est vivement conseillé d’éviter la randonnée par temps de pluie. N’oubliez pas de prendre au minimum 1,5 litres d’eau par personne.

Cela ne semble pas compliqué mais je vous assure que le soleil tape fort et l’ombre se fait rare sur une grande partie du sentier. Par ailleurs, le chemin est une succession de montées et de descentes assez fatigantes. Par conséquent, je conseille pour les personnes peu habituées d’emprunter tranquillement le petit sentier et de remonter voir le phare par la suite.

Pour vous y rendre, il suffit simplement de suivre la route D2 jusqu’au bout. De toute manière vous ne pourrez pas aller plus loin. Pendant quelques minutes, vous roulerez sur une piste rocailleuse jusqu’à l’arrivée sur le parking. Selon le sens que vous choisirez, vous pouvez débuter le grand sentier en haut du parking et vous terminerez sur la Baie du trésor. D’après la légende, un trésor de pirates se trouverait dans la baie. Sinon, descendez vers le Château Dubuc afin de commencer les deux sentiers. Il est possible de visiter ce château (5 euros) datant de 1740 qui fut l’habitation de la famille Du Buc, des riches exploitants de canne à sucre. Nous avons fait l’impasse sur la visite car nous étions beaucoup trop fatigués à la fin de notre périple.

Nous avons donc débuter la randonnée en haut du parking car nous avions prévu de pique-niquer dans la Baie du trésor. Nous sommes partis vers 8 heures mais il est conseillé de commencer encore plus tôt vers 6 ou 7 heures.

Le phare

Après une trentaine de minutes, vous rejoindrez le phare qui se trouve à 140 mètres d’altitude. Il fait parti des quatre phares encore actifs sur l’île et est entièrement automatisé à l’énergie solaire. Une pause s’impose sur la table d’observation et le belvédère qui permet de contempler la vue à 360 degrés sur la Baie du Trésor et la Baie du Galion.

Après le phare vous redescendrez vers l’Anse Chandelier. Les falaises déchiquetées pourraient faire penser que vous vous trouvez en Bretagne mais c’est sans compter sur la chaleur et la flore environnante.

Comme vous pouvez le constater les sargasses sont présentes tout au long du sentier. Avec le courant, elle vous empêchent de vous tremper. Quoiqu’il en soit, cela reste minime par rapport à notre randonnée au Macabou.

L’anse Bois-Vert est sublime avec ses deux palmiers qui semblent sortir de l’imaginaire. Ce paysage nous donne l’impression que nous avons échoué sur une île déserte, c’est assez désorientant. Juste après, un sentier vous permet de rejoindre la Baie du trésor sans passer par la pointe Caracoli et vous fait gagner une heure sur le trajet.

Pointe Caracoli

La Mangrove

Le sentier se poursuit par une longue descente menant à la mangrove. Vous y trouverez palétuviers et crabes en masse. Apparemment, la mangrove accueillerait plus de 80 espèces d’oiseaux : moqueur à gorge blanche, carouge, frégate…

Malheureusement, nous avons raté le chemin sur la gauche menant vers la plage. Etant fatigués et ayant épuisé nos réserves d’eau, nous préférons être raisonnables et remonter au château Dubuc par le petit sentier. La dernière montée vers le parking nous achève.

Nous décidons de faire notre pique-nique à l’Anse de la brèche que nous avions repéré à l’aller. La plage est magnifique. De plus, elle est ombragée et on y trouve des tables ce qui est parfait pour manger tranquillement. Faites attention car la plage est pleine de mancenilliers, un arbre dont la sève et les fruits sont toxiques (ne jamais s’y abriter en temps de pluie). Ils sont souvent indiqués par un panneau ou marqués en rouge.